Lundi 30 décembre 2019 (Modifié le Lundi 30 décembre 2019)

Tor

Le pistage, la surveillance et la censure sont très répandus sur Internet. AVEC TOR, RÉAPPROPRIEZ-VOUS INTERNET

Qu’est-ce que Tor?

Dans les discours informels, nous utilisons indifféremment les termes «Internet» et «Web». Mais en réalité, le Web et Internet sont deux choses très différentes. Si les sites Web étaient des locaux - des magasins, des usines, des centres de divertissement - Internet serait les routes et les autoroutes les reliant.

Internet prend en charge de nombreux services. Le World Wide Web n’est que l’un d’entre eux. D’autres services tels que la messagerie électronique, RDP , DNS , NNTP sont fournis sur Internet, et aucun de ceux-ci n’est un site Web.

Les réseaux superposés utilisent également Internet. Le réseau Tor ( The Onion Router ) est l’un de ces réseaux superposés. Il fournit l’anonymat et la confidentialité aux utilisateurs. Avec Tor, si vous l’utilisez efficacement, personne ne pourra retracer votre activité à votre adresse IP.

Le trafic qui passe sur le réseau Tor est crypté. Bien que cela aide à préserver l’anonymat des personnes qui l’utilisent, le cryptage pose un problème de réseau. Les éléments de routage et de commutation classiques d’Internet ne peuvent pas fonctionner avec le trafic réseau Tor.

Un réseau de relais Tor, hébergé et géré par des volontaires, effectue la commutation et le routage à la place. Les relais Tor renvoient intentionnellement votre connexion entre plusieurs relais, même si cet itinéraire n’est pas nécessaire pour atteindre votre destination. Ce «rebond» est une autre raison pour laquelle Tor rend virtuellement impossible l’arrière-piste et l’identification de la personne à l’extrémité distante.

C’est la force de cet anonymat qui a conduit le réseau Tor à héberger de nombreux sites Web se livrant à des activités criminelles. Le réseau Tor constitue une grande partie de la toile sombre . Cependant, toutes les activités sur le réseau Tor ne sont pas illégales. Les dissidents des régimes répressifs, des sources de presse anonymes, des lanceurs d’alerte, des activistes et les militaires utilisent tous Tor pour des raisons légitimes.

Les services cachés dans Tor ont des adresses se terminant par le suffixe «.onion». Ils ne s’affichent pas sur Google et ne peuvent pas être visualisés ni consultés à l’aide d’un navigateur Internet normal. Vous devez utiliser le navigateur Tor pour visiter ces sites, mais vous pouvez également l’utiliser pour accéder à des sites Web normaux avec un anonymat supplémentaire.

CONNEXES: How to Access .onion Sites (Also Known as Tor Hidden Services)

Installation tor-browser

L’option 3 a été choisie, télécharger et installer le binaire du navigateur Tor manuellement (et le faire créer une entrée de menu automatiquement)

Le projet Tor offre des binaires précompilés pour tous les systèmes d'exploitation supportés sur cette page - cliquez sur le logo Tux pour télécharger la dernière version du navigateur Tor pour Linux. Vous pouvez également visiter cette page pour télécharger le navigateur Tor pour une architecture différente ou dans une langue différente.

Vous pouvez vouloir vérifier la signature du navigateur Tor après l’avoir téléchargé. Le Lanceur de Navigateur Tor (les 2 autres options) fait cela automatiquement pour vous, mais dans ce cas vous devrez le faire manuellement.

Après téléchargement de la version française en 64 bits et sa signature

gpg --verify tor-browser-linux64-9.0.2_fr.tar.xz.asc tor-browser-linux64-9.0.2_fr.tar.xz
gpg: Signature faite le lun. 02 déc. 2019 19:52:40 CET
gpg:                avec la clef RSA EB774491D9FF06E2
gpg: Bonne signature de « Tor Browser Developers (signing key) <torbrowser@torproject.org> » [inconnu]
gpg: Attention : cette clef n'est pas certifiée avec une signature de confiance.
gpg:             Rien n'indique que la signature appartient à son propriétaire.
Empreinte de clef principale : EF6E 286D DA85 EA2A 4BA7  DE68 4E2C 6E87 9329 8290
   Empreinte de la sous-clef : 1107 75B5 D101 FB36 BC6C  911B EB77 4491 D9FF 06E2

Extrayez l’archive que vous avez téléchargée depuis le site web du projet Tor, et copiez le dossier tor-browser_fr-FR extrait (où fr-FR est la langue du navigateur Tor, il peut donc être différent pour vous en fonction de votre langue
le dossier devrait contenir un fichier** start-tor-browser.desktop** et un sous-dossier Browser vers l’endroit où vous voulez que le navigateur Tor s’exécute.
Je recommande de copier ce fichier dans un répertoire où votre utilisateur a un accès en lecture/écriture, afin que le navigateur Tor puisse se mettre à jour automatiquement. Par exemple, vous pouvez le copier dans un répertoire “Apps” dans votre répertoire personnel ou ~/.torbrowser

tar xvf tor-browser-linux64-9.0.2_fr.tar.xz
mv tor-browser_fr ~/.tor-browser_fr

Vous pouvez maintenant demander à Tor Browser de s’ajouter automatiquement au menu des applications de votre bureau. Ouvrez un terminal, naviguez jusqu’au dossier où vous avez copié le navigateur Tor depuis le terminal, rendez le fichier start-tor-browser.desktop exécutable, et lancez-le avec l’option –register-app pour qu’il ajoute des éléments de menu pour le navigateur Tor dans le menu de vos applications :

cd ~/.tor-browser_fr
chmod +x start-tor-browser.desktop
./start-tor-browser.desktop --register-app

Tor Browser has been registered as a desktop app for this user in ~/.local/share/applications/

Tor-browser-fr

Après cela, le navigateur Tor apparaîtra dans le menu de vos applications pour que vous puissiez le lancer d’un simple clic.

Tor